Le Recteur de l’Université de Likasi, le Professeur Ordinaire Louis MPALA Mbabula a rencontré les étudiants finalistes du premier et deuxième cycles ce 2 novembre 2022. La rencontre a eu lieu à Mivuka dans le local de G2 Economie. Une salle archicomble et pleine à craquer, des futurs cadres venus écouter les directives de leur Père Scientifique. Ce qui les a réunis, c’est l’affaire d’entérinement des diplômes. Le Recteur de proximité est plus que déterminé d’octroyer des diplômes réels aux étudiants de l’Université de Likasi. Ce qui sera vraiment une première dans l’histoire de l’UNILI qui est déjà à sa douzième année depuis son autonomisation.

 

D’entrée de jeu, Louis Mpala Mbabula a rappelé tous les étudiants réunis, que l’Hymne de l’Université de Likasi est déjà prêt. Composé par plusieurs personne et harmonisé par le Professeur André Lukunde, ce cantique qui exprime tout le caractère scientifique de cette alma mater est en train d’être mis en musique par une équipe chapeautée par Eddy Mayaya. Le but, évidemment, c’est que les tout prochains diplômés fredonnent leur chant à la prochaine double cérémonie de collation des grades et clôture de l’année académique 2021-2022.

 

Plus pratique que théorique, le Recteur de proximité a insisté sur le dossier Kamoa qui concerne les finalistes du premier et deuxième cycles. Pour lui, il s’agit, comme un vrai Père, de frayer une voie aux étudiants qui sont les produits de l’UNILI. Jusqu’à l’heure, près de 60 dossiers ont été réceptionnés dont une majorité est de la Faculté Polytechnique.

Passant encore aux choses sérieuses, le Recteur de l’Université de Likasi, le P.O. Louis Mpala a brandi, devant tous les étudiants finalistes et sous la barbe des Doyens des Facultés et Directeur d’Ecole, le brouillon du diplôme. Ce document concerne à la fois les licenciés et les gradués. Des explications pertinentes ont été données en ce qui concerne la façon dont les étudiants devront remplir ce document officiel. Le Chef de l’UNILI a martelé efficacement sur la détention des diplômes d’Etat et des diplômes de Graduat. Car, souligne-t-il, sur le prochain diplôme, une place est réservée exclusivement pour signaler les pièces officielles obtenues dans les cycles précédents (diplômes d’Etat pour les futurs gradués et diplôme de graduat pour les futurs licenciés). Ceux qui ont pris les inscriptions spéciales pour se retrouver en licence à l’UNILI devront détenir le diplôme de graduat de leur institution d’origine avant de compléter la case y afférente sur le prochain diplôme de licence. Autrement, leur diplôme sera incomplet et ne pourra être dûment signé au niveau du Ministère de l’ESU.

Complétant le Recteur, le Secrétaire Général Académique, le Professeur Associé Kasweshi Buta Bukomo a, dans son intervention, martelé sur cinq (5) points essentiels.

Le premier : l’évolution des enseignements. Des fleurs ont été jetées sur les Doyens des Facultés et Directeur d’Ecole pour l’organisation des enseignements, notamment dans les promotions terminales où les cours ont déjà (majoritairement) pris fin pour les uns, et tendent vers la fin pour les autres. Dans le deuxième point, le Pr. Kasweshi a appelé les responsables des décanats à songer aux horaires d’examens et aux listes des surveillants (troisième point). Puis, il a insisté sur le fait que les jurys devront être organisés dans le contexte spatial de l’Université de Likasi. Selon lui, un constat amer est que plusieurs jurys s’organisent dans des maisons privées, à l’insu des autorités de l’Université. Et les précieuses victimes de ce désordre restent les étudiants. Il faut y mettre fin, martèle le Docteur en Théologie. Pour terminer son intervention qui est bien tombée à point nommé, le Professeur Kasweshi a lu la note circulaire n°05 destinée aux Doyens des Facultés et Directeur d’Ecole dans laquelle plusieurs points essentiels sont consignés : les examens du second semestre débutent le 14 novembre prochain, soit dans 12 jours à dater de ce 2 novembre ; les copies d’examens sont déposés entre les mains des enseignants avec accusé de réception ; les enseignants doivent remettre les copies corrigées 72 heures après réception ; les jurys de promotions terminales du second cycle se tiennent le 28 novembre tandis que ceux des promotions terminales du premier cycle s’organisent le 29.

Pour le Recteur Louis Mpala, les réclamations des étudiants lors des délibérations doivent être prises en compte. « Evitons de prendre les étudiants en otage », met-il en garde.

Il faut souligner que sept jours seulement séparent la première et la seconde sessions.

La rencontre a pris fin avec les préoccupations des apprenants auxquelles des réponses pertinentes et satisfaisantes ont été apportées.

DIRCOM.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *